Retour sur 10 ans d’expérience en tant que femme dans le milieu de l’informatique

par | Mar 8, 2019 | Témoignages, Vie de l'équipe | 0 commentaires

J’ai toujours su que j’évoluerai un jour dans un milieu à faible représentation féminine, quel qu’il serait. Je me suis toujours mieux entendue avec les garçons, j’ai toujours partagé leur intérêts. Quand on est enfant, c’est déjà pas facile, les petites cases dans lesquelles on est incités à rentrer nous appellent déjà. Et il n’est déjà plus accepté à cette période de la vie de faire des “trucs du genre opposé”.

D’un côté, je me disais que ça me rendrait super cool, que les garçons préféraient les garçons manqués [Spoiler: c’est faux dans 90% des cas], mais étant petite, je n’ai eu que très peu de problèmes avec mon attitude non conventionnelle et c’est bercée par cette illusion que je n’ai jamais eu honte de m’affirmer sur les plates-bandes des mâles.

{

Durant mes études dans le monde de l’informatique en général, (…) je n’ai jamais ressenti de véritable malaise, de mise à l’écart ou d’un quelque manque de respect que ce soit.

L’expérience de la non-parité scolaire n’a pas  commencé non plus avec mes études.

Première année de Licence en Animation Numérique: cinq filles, trente garçons. En fait, ça s’est super bien passé. Nous avions tous des passions en commun, nous nous respections tous, chacun avait sa place, et ça a continué comme ça jusqu’à la fin des trois ans. Dans le monde de l’informatique en général, que ce soit du côté des rêveurs game designers, des passionnés 3D artists ou des dilettantes mais doués web developers, je n’ai jamais ressenti de véritable malaise, de mise à l’écart ou de quelque manque de respect que ce soit.

Ce n’est pas non plus en rentrant dans le monde du travail que ça a changé, j’ai toujours été entourée de gens charmants et respectueux dans toutes les équipes que j’ai pu intégrer…du moins tant qu’il s’agissait des équipes techniques.

Vous doutez bien qu’un quelconque mal est venu de quelque part, rien ne peux être aussi parfait et aussi longtemps. C’est vrai, et ce mal toujours venu de ceux que j’ai fréquenté qui n’étaient pas de la branche de l’informatique.

Mon souvenir le plus amusant est celui d’un client qui appelle la R&D, entends ma voix, et sans chercher à comprendre demande à parler à « quelqu’un de technique ». Oui parce que quand tu décroches la ligne directe de la R&D, si t’es une fille, tu ne peux quand même pas être quelqu’un de technique.

{

Tous les comportements sexistes que j’ai rencontrés durant mes études ou en tant qu’employée venaient systématiquement des hommes et des femmes issus d’autres milieux professionnels.

Les différences entre milieu technique et autres milieux se sont confirmées durant mes années de master. On était dans des classes où les élèves venaient de l’un ou de l’autre de ces deux horizons professionnels. Les remarques, moqueries, blagues ne sont jamais venues du clan des techniques…mais bel et bien de l’autre bord !

Ce monde de l’informatique, si masculin en apparence, a toujours été aussi ouvert aussi loin que je me souvienne, et je souhaite en témoigner, pour toutes les jeunes femmes qui choisissent de ne pas suivre une voie qui leur plaît par peur de ne pas être acceptées. Sachez que celle-ci, si elle vous passionne, vous ouvrira grands les bras, et ne fais pas de différence genrée tant que vous faites vos preuves.

Merci à tous ceux que j’ai côtoyés d’avoir été aussi naturellement ouverts, et de ne jamais avoir remis en question mes capacités à travailler avec eux. Ça peut paraître normal mais je sais que ce n’est pas un acquis.

Si je me base sur mon expérience, beaucoup de milieux professionnels devraient prendre exemple sur celui du numérique en termes d’acceptation et d’ouverture d’esprit.